logo Shankara hd orange .png
Rechercher
  • Shankara Store

Shankara-Store Galerie: Bronze Art d’Asie Section : Statuettes statues et sculptures en bronze des



Statue en bronze tricolore de la Gayatri du panthéon hindou

Lord Shiva, Sri Ganesh, Lord Krishna, Lakshmi, Sarasvati, Vishnou, Brahmâ, Mata Durga, Râma, Hanuman…

Ces noms vous sont sûrement familiers. Ce sont des divinités hindoues !

L’iconographie hindoue permet de reconnaître la représentation des 33333 divinités, si vous dire si le panthéon hindou est vaste !

Sa forme est appelée mûrti, c’est la représentation physique d’un des aspects de la divinité quel que soit son support, une sculpture en bronze, une sculpture sur bois ou une image.

Ces émanations ou incarnations font toutes parties d’un culte qui lui est propre.

Certains adoreront Lord Shiva (le shivaïsme), d’autres, vénéreront Vishnou (le Vishnouisme), ou bien le culte de la Shaktisme, centré sur la déesse, l’énergie féminine de tradition Shasta.

Chacune des divinités est reconnaissable à ses postures (les asanas), à ses attributs (ayudha), à sa coiffe, aux gestes symboliques ses mains (mudrâ), à sa monture (son véhicule).

Regarder une statue, une image apporte la bénédiction, la paix intérieure.

La voie pour atteindre la réalisation appelée Moksha dans l’hindouisme.

Les prières adressées vont directement atteindre les Dieux.

Dans les textes anciens religieux, Shilpashastra, ou dans Brihat-Samhita leurs aspects physiques sont décrits avec précision.

Dans les épopées du Mahabharata, du Ramâyana ou bien des Purana , (mythologie indienne) on voit évoluer tous ces Dieux et leurs Déesses de la religion hindouiste.

Les légendes de leurs différentes incarnations sont ainsi racontées et transmissent de génération en génération.

Les 3 principaux dieux de l’hindouisme, religion polythéiste :

Shiva, Vishnou, Brahmâ, sont les principaux dieux de la Trimûrti, la triade hindoue dont 3 courants différents vont émerger.

Brahmâ le créateur,

Vishnou, le conservateur, l’équilibre des mondes, la préservation,

Shiva le destructeur.

Ils symbolisent chacun un des aspects inséparables de la divinité Brahman, l’Absolu transcendant, la structure de l’Univers.

Une manifestation personnelle divinisée de ce Dieu impersonnel.

Et à chacun, est associée une parèdre, une épouse symbolisant l’énergie inconsciente active.

A Brahmâ, la création, revient Sarasvatî déesse de la connaissance, pour Vishnou la préservation, c’est Lakshmi déesse de la prospérité. Shiva, c’est La Shakti , l’énergie féminine inconsciente venant compléter la conscience masculine.

Elle peut avoir différentes incarnations et s’appeler Sitâ, Parvati, Durga ou kali.

Mais il existe des dieux secondaires comme Ganesh le dieu à tête d’éléphant, Râma, le 8e avatar de Vishnou, Lord Krishna le 10e, qui sont tout autant vénérés et bien d’autres encore…

Hanuman, Indra, Varuna, Surya

Ils sont tous une particularité différente, un attribut.

Un attribut, c’est l’objet que les dieux tiennent dans les mains, car ils possèdent souvent plusieurs bras.

Shiva est reconnaissable à son trident (trishula), son tambourin, le damaru aux boules qui fouettent dont le son primordial rythma la création du monde, un arc (ajagava), une peau de tigre…

Vishnou porte un disque solaire et une massue.

Krishna ne se sépare jamais de sa flûte enchantée, Sarasvatî de son vina, un instrument à cordes…

Leur coiffe est aussi différente.

Vishnou porte une tiare ornée d’un diadème, une parure royale, le kirita-mukuta.

Shiva, le Seigneur du yoga, un chignon formé de longues tresses, appelées jata-mukuta, coiffure de tout ascète.

Les déesses ont une coiffe en forme de corbeille, le karanda-mukuta, ornée d’une guirlande de fleurs, le vasa-mala, de joyau, kaustubha).

Les mudrâ, (gestes symboliques des mains) indiquent de manière stylisée et très codifiée les actions ou les situations de ces divinités. On retrouve certaines positions dont la signification est la même que pour le bouddhisme, dont l’art a été influencé par l’art indien lors de l’expansion du bouddhisme et de la mise en mouvement de la Doctrine (voir les différentes représentations de Bouddha et autres divinités bouddhistes).

Les dieux sont représentés exécutant l’Abhaya-mudrâ, geste de protection qui rassure, d’absence de crainte (main droite levée paume vers l’extérieur) ou bien faisant le geste du don, varada-mudrâ (main droite tendue vers le bas, paume tournée vers l’extérieur).

Généralement ils sont debout, ou bien assis en position Padmasana (dite position du lotus) sur un piédestal, sur des trônes ou des sièges nommés pitha.

On parle également de monture des dieux, appelée Vâhana, de véhicule dans le bouddhisme.

Les divinités hindouistes sont représentées accompagnées d’animaux.

Pour Shiva, c’est Nandi le taureau blanc, Brahmâ et Sarasvatî un cygne blanc tous les 2, Krishna a une vache ou un paon.

Parvati a un paon majestueux, pour Durga la guerrière c’est un tigre ou un lion.

Parfois réel ou mythique, il leur sert de transport, dédoublant leur force et leur pouvoir, symbolisant les défauts qu’ils ont réussi à dompter.

La monture de Ganesh est un rat symbole de son ego, pour le cygne de Sarasvatî, c’est la pureté, la vérité.

Pour Vishnou c’est Garuda, mi- aigle mi-homme.

Descriptif et signification des dieux hindous :

Brahmâ le créateur dans la Trimûrti, né d’une fleur de lotus possède 4 têtes couronnées qui récitent les 4 Védas représentant l’esprit (manas), l’intellect (buddhi), l’ego (ahamkara), et la conscience conditionnée (citta).

Les 4 fonctionnements de la pensée ou les 4 directions (5, avant que Shiva ne lui coupe celle qu’il avait sur le somment !).

De ses 4 mains, il tient le pustaka le livre des Védas, un pot à bec le kamandalu avec lequel il crée la vie, un rosaire appelé une aksamala, 1 ou 2 louches sacrificielles, sruva.

Sa monture est un cygne Vâhana et vit sur mont Meru.

Son épouse est la déesse Sarasvatî déesse de la connaissance, des arts et des sciences.

Vishnou le conservateur , le 2e dieu de la Trimûrti, est l’équilibre des mondes.