Shankara-Store Galerie: Bronze Art d’Asie Section : Statuettes statues et sculptures en bronze des



Statue en bronze tricolore de la Gayatri du panthéon hindou

Lord Shiva, Sri Ganesh, Lord Krishna, Lakshmi, Sarasvati, Vishnou, Brahmâ, Mata Durga, Râma, Hanuman…

Ces noms vous sont sûrement familiers. Ce sont des divinités hindoues !

L’iconographie hindoue permet de reconnaître la représentation des 33333 divinités, si vous dire si le panthéon hindou est vaste !

Sa forme est appelée mûrti, c’est la représentation physique d’un des aspects de la divinité quel que soit son support, une sculpture en bronze, une sculpture sur bois ou une image.

Ces émanations ou incarnations font toutes parties d’un culte qui lui est propre.

Certains adoreront Lord Shiva (le shivaïsme), d’autres, vénéreront Vishnou (le Vishnouisme), ou bien le culte de la Shaktisme, centré sur la déesse, l’énergie féminine de tradition Shasta.

Chacune des divinités est reconnaissable à ses postures (les asanas), à ses attributs (ayudha), à sa coiffe, aux gestes symboliques ses mains (mudrâ), à sa monture (son véhicule).

Regarder une statue, une image apporte la bénédiction, la paix intérieure.

La voie pour atteindre la réalisation appelée Moksha dans l’hindouisme.

Les prières adressées vont directement atteindre les Dieux.

Dans les textes anciens religieux, Shilpashastra, ou dans Brihat-Samhita leurs aspects physiques sont décrits avec précision.

Dans les épopées du Mahabharata, du Ramâyana ou bien des Purana , (mythologie indienne) on voit évoluer tous ces Dieux et leurs Déesses de la religion hindouiste.

Les légendes de leurs différentes incarnations sont ainsi racontées et transmissent de génération en génération.

Les 3 principaux dieux de l’hindouisme, religion polythéiste :

Shiva, Vishnou, Brahmâ, sont les principaux dieux de la Trimûrti, la triade hindoue dont 3 courants différents vont émerger.

Brahmâ le créateur,

Vishnou, le conservateur, l’équilibre des mondes, la préservation,

Shiva le destructeur.

Ils symbolisent chacun un des aspects inséparables de la divinité Brahman, l’Absolu transcendant, la structure de l’Univers.

Une manifestation personnelle divinisée de ce Dieu impersonnel.

Et à chacun, est associée une parèdre, une épouse symbolisant l’énergie inconsciente active.

A Brahmâ, la création, revient Sarasvatî déesse de la connaissance, pour Vishnou la préservation, c’est Lakshmi déesse de la prospérité. Shiva, c’est La Shakti , l’énergie féminine inconsciente venant compléter la conscience masculine.

Elle peut avoir différentes incarnations et s’appeler Sitâ, Parvati, Durga ou kali.

Mais il existe des dieux secondaires comme Ganesh le dieu à tête d’éléphant, Râma, le 8e avatar de Vishnou, Lord Krishna le 10e, qui sont tout autant vénérés et bien d’autres encore…

Hanuman, Indra, Varuna, Surya

Ils sont tous une particularité différente, un attribut.

Un attribut, c’est l’objet que les dieux tiennent dans les mains, car ils possèdent souvent plusieurs bras.

Shiva est reconnaissable à son trident (trishula), son tambourin, le damaru aux boules qui fouettent dont le son primordial rythma la création du monde, un arc (ajagava), une peau de tigre…

Vishnou porte un disque solaire et une massue.

Krishna ne se sépare jamais de sa flûte enchantée, Sarasvatî de son vina, un instrument à cordes…

Leur coiffe est aussi différente.

Vishnou porte une tiare ornée d’un diadème, une parure royale, le kirita-mukuta.

Shiva, le Seigneur du yoga, un chignon formé de longues tresses, appelées jata-mukuta, coiffure de tout ascète.

Les déesses ont une coiffe en forme de corbeille, le karanda-mukuta, ornée d’une guirlande de fleurs, le vasa-mala, de joyau, kaustubha).

Les mudrâ, (gestes symboliques des mains) indiquent de manière stylisée et très codifiée les actions ou les situations de ces divinités. On retrouve certaines positions dont la signification est la même que pour le bouddhisme, dont l’art a été influencé par l’art indien lors de l’expansion du bouddhisme et de la mise en mouvement de la Doctrine (voir les différentes représentations de Bouddha et autres divinités bouddhistes).

Les dieux sont représentés exécutant l’Abhaya-mudrâ, geste de protection qui rassure, d’absence de crainte (main droite levée paume vers l’extérieur) ou bien faisant le geste du don, varada-mudrâ (main droite tendue vers le bas, paume tournée vers l’extérieur).

Généralement ils sont debout, ou bien assis en position Padmasana (dite position du lotus) sur un piédestal, sur des trônes ou des sièges nommés pitha.

On parle également de monture des dieux, appelée Vâhana, de véhicule dans le bouddhisme.

Les divinités hindouistes sont représentées accompagnées d’animaux.

Pour Shiva, c’est Nandi le taureau blanc, Brahmâ et Sarasvatî un cygne blanc tous les 2, Krishna a une vache ou un paon.

Parvati a un paon majestueux, pour Durga la guerrière c’est un tigre ou un lion.

Parfois réel ou mythique, il leur sert de transport, dédoublant leur force et leur pouvoir, symbolisant les défauts qu’ils ont réussi à dompter.

La monture de Ganesh est un rat symbole de son ego, pour le cygne de Sarasvatî, c’est la pureté, la vérité.

Pour Vishnou c’est Garuda, mi- aigle mi-homme.

Descriptif et signification des dieux hindous :

Brahmâ le créateur dans la Trimûrti, né d’une fleur de lotus possède 4 têtes couronnées qui récitent les 4 Védas représentant l’esprit (manas), l’intellect (buddhi), l’ego (ahamkara), et la conscience conditionnée (citta).

Les 4 fonctionnements de la pensée ou les 4 directions (5, avant que Shiva ne lui coupe celle qu’il avait sur le somment !).

De ses 4 mains, il tient le pustaka le livre des Védas, un pot à bec le kamandalu avec lequel il crée la vie, un rosaire appelé une aksamala, 1 ou 2 louches sacrificielles, sruva.

Sa monture est un cygne Vâhana et vit sur mont Meru.

Son épouse est la déesse Sarasvatî déesse de la connaissance, des arts et des sciences.

Vishnou le conservateur , le 2e dieu de la Trimûrti, est l’équilibre des mondes.

Il aide l’humanité à combattre le mal et l’ignorance et pour cela il a de nombreux avatars, ses 10 incarnations sous lesquelles il descend sur Terre pour préserver l’ordre du monde du chaos.

Matsya le poisson, kurma la tortue, Varâha le sanglier, Narasimha l’homme-lion, Vamana le nain, Parashurâma 1e incarnation humaine, Râma héros du Ramâyana, Krishna, Bouddha Gautama, Kalki le prochain à venir.

De couleur bleue, 4 bras, un joyau Trésor de l’océan qui représente la conscience universelle de tous les êtres qui brille sur sa poitrine.

Ses attributs sont : la conque shankha venue de l’océan primordial symbole de création pour vaincre les démons ainsi qu’un disque tournoyant sudarshana chakrâ, symbolisant la spirale de l’éveil, la puissance de l’esprit qu’il fait tourner autour de son index pour frapper le mal.

Une massue en or, gada symbolisant son pouvoir de la connaissance.

Une fleur de lotus, padma.

Mais il possède aussi un chasse-mouche symbole du Dharma

Un arc qui lance des flèches de l’intuition dans toute illusion. Son carquois est le pouvoir des sens.

Un parasol symbole de la royauté du dieu.

Sa monture est Garuda, un être mythique mi- aigle, mi-homme.

Il est souvent représenté se reposant en attendant la création sur un serpent à plusieurs têtes nommé Shesha, un lotus sortant de son nombril d’où émerge Brahmâ lui-même.

Son épouse est Lakshmi déesse de la prospérité.

Shiva le destructeur, Seigneur du yoga et de la méditation.

Il représente dans la Trimurtî la destruction pour la reconstruction d’un monde nouveau.

Son 1 nom est Rudra, le bon.

Il possède la connaissance universelle et absolue et voit au-delà de la connaissance.

Les 5 formes primordiales du dieu Shiva sont le créateur, le préservateur, le destructeur, le transformateur et le révélateur.

Il est le symbole de la destruction de l’ignorance et des illusions.


statue en bronze de Shiva  dieu hindou

Son emblème est le lingam, symbole de création.

Il est le dieu suprême, souvent représenté assis en pleine méditation profonde, sur une peau de tigre, symbole de sa maîtrise de la Nature (pashupati), un cobra naga enroulé autour du cou, symbole de la maîtrise des passions et émotions, un trident, une hache à la main, le Trishula, le damaru.

De ses longues jata-mukuta, sa coiffure ascète sort les flots moins tumultueux de la déesse Ganga, le croissant de lune posé sur sa chevelure montre le cycle du temps et des saisons.

Ses yeux sont si puissants qu’il les tient fermés car lorsqu' il les ouvre, il crée un monde et en les refermant, il le détruit amorçant ainsi un nouveau cycle.

Son 3e œil au milieu du front, le jnana-chakus est symbole d’éternité, de sagesse.

Sa monture est Nandi, un taureau blanc et il est souvent accompagné d’une antilope.

Shakti, la déesse Mère est son épouse, sa parèdre, connue sous différents noms suivant ses différentes incarnations.

Sitâ, Parvatî, Durga la guerrière ou kali la noire qui sont autant de traits de caractères de la divinité.

Avec Parvatî, ils ont 2 fils, Ganesha le dieu à tête d’éléphant et Skanda, et vit sur le Mont Kailash dans l’Himalaya.

Divinité aux 108 noms dont les plus connus sont Shankara, Nataraja, Shambu, Ardhanarishvara, Bhagavata, Maheshvara, Bhikshâtana, Nilakantha, Pashupati, Rudra, Yogarâja… selon ses différentes apparitions , ascète, yogi, mendiant, danseur cosmique, méditant, buvant le poison, ou bien sous ses aspects terribles comme lors-qu' il se nomme, Mahâkalâ, Bhairava…


Statue en bronze de Shiva Nataraj, le danseur cosmique du Tandava

Sa représentation statuaire est :

Shiva Mahayogi : plongé en méditation profonde sur le mont Kailash, assis sur une peau de tigre.

Shiva Nataraja, le danseur cosmique exécutant la danse Tandava.

Shiva Ardhanarishvara, le seigneur androgyne montrant Shiva le côté droit et Parvati son côté gauche, symbolisant l’ambivalence de la nature humaine, l’union du principe masculin et du féminin (purusha et shakti). Qui serait la forme originelle de l’être primordial.

Shiva Lingam, un lingam est un phallus stylisé, symbole de création, généralement associé au yoni, image de l’organe féminin, matrice du monde. Représente aussi l’union de l’espace et du temps.

Shiva et Parvati, symbolisant leur union, représentation des noces de Shiva et Parvatî

Shiva, Parvati et leurs enfants, Ganesh et Skanda. Image parfaite de la famille.

Shiva Nilkant, buvant le poison, pour sauver la création lui faisant le cou bleu ou le nectar d’immortalité l’amrita

Shiva Panchavaktra, à 5 têtes combinaison de toutes ses énergies

Les déesses hindoues :

Shakti, Dévi ou le symbole de la déesse Mère universelle, la contrepartie féminine du dieu (Deva), sa force spirituelle.

Elle peut avoir différents noms selon les aspects de ses nombreuses manifestations.

Comme dans le bouddhisme, les déesses féminines sont les parèdres des Bouddhas ayant leur propre mythologie.

Lakshmi ou Mahalakshmi, déesse de la prospérité, de la joie, de la splendeur et de l’équilibre.


Statue en bronze de la déesse de la prospérité Lakshmi

Elle possède la vertu

Elle aide à développer les 16 richesses intérieures.

Elle est représentée assise sur un lotus épanoui, ayant 4 bras.

Cette bienfaitrice déverse de l’or sur les fidèles de l’une de ses mains, tout en les bénissant de l’autre, et tenant des lotus épanouis des 2 autres. Elle porte un sari rouge.

Son véhicule est la chouette et elle est souvent entourée d’éléphants blancs, symbole de chance.

Epouse de Vishnou le conservateur.

Sarasvatî, déesse de la connaissance, de l’intelligence, des arts, et des sciences.

Elle est représentée debout ou assise sur un lotus.

Désintéressée des choses matérielles, elle joue du vinâ, un instrument à cordes, de ses 4 mains en tenant le livre sacré des Véda, un chapelet ou un crochet à éléphant. Elle est l’inventrice du sanskrit et de l’écriture devanagari.

Elle porte un sari blanc. Sa monture est le cygne blanc symbole de pureté ou un paon.

Epouse de Brahmâ le créateur.

Parvati, la forme bienveillante de la Shakti, la femme de la montagne

La 2e épouse de Shiva, réincarnation de Satî (sa 1e épouse), et la sœur de Vishnou. Appelée aussi Gaurî, Annapurnâ.

Elle est le symbole l’épouse aimante déterminée à travers laquelle, l’homme réalise son potentiel créateur.

Elle a le statut de mère divine. Quand elle apparaît sous la forme de Gaurî, elle est la déesse de la pureté et de l’austérité.

Mère de Ganesh, Skanda, Kartikeya.

Durga la guerrière, l’inaccessible, symbole de l’action, de la destruction des démons.


Souvent représentée avec 8 bras, tenant chacun les 8 armes offertes par un dieu pour combattre, chevauchant comme monture un lion

ou un tigre.

Elle met son pouvoir au service de la vertu dans le combat contre le mal

et ses pulsions.

Elle symbolise le détachement contre l’égoïsme,

la connaissance de soi contre la colère,

la générosité contre l’avidité,

le discernement contre le préjudice.

Kali la noire, déesse de la préservation et de la destruction, incarnation

de Durga, elle tue les démons intérieurs.

C’est la forme terrifiante de Parvati représentant le pouvoir de la destruction du temps.

Représentée la langue pendante rouge, le regard féroce, nue à la peau noire, un pagne de bras coupés, une guirlande de crânes humains autour